Oser une démarche vers soi

La photographie libératrice

Qui suis-je pour proposer d’initier une démarche de photographie thérapeutique ?

 

Je suis devenue photographe en 2014, par amour de cet art bien sûr mais pas seulement : je l’ai fait mien comme antidote à une rupture, une douleur, l’un de ces tournants de vie qui éraflent la confiance en soi.

 

Je m’y suis plongée à corps perdu ; j’ai appris les gestes, entraîné mon œil, apprivoisé la technique, et choisi la femme comme modèle : moi-même, pour réapprendre à m’accepter, à me plaire, et toutes les femmes, leurs différents corps, tous magnifiques parce qu’assumés.

 

Au cours de mes rencontres intimes et artistiques, j’ai eu la chance de pouvoir photographier des femmes qui avaient besoin de se réapproprier leur corps à la suite d’une longue maladie, de l’aimer « malgré tout » : ces séances ont été un déclencheur de l’envie d’aller plus loin. De rendre mon art utile.

 

La photographie comme moyen de prendre soin de soi ? C’est en suivant courant 2020 la formation d’Elodie Sueur-Monsenert, thérapeute du corps et de l’image, que j’en ai été définitivement convaincue.

 

A moi, aujourd’hui, de créer avec vous ce lien de confiance : celle que vous placerez en moi, en vous surtout. 

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/3